Tag Archives: veille marketing

  • 1
réussir sa veille marketing

Les bonnes pratiques à pratiquer sans modération pour réussir sa veille marketing et technologique

Tags : 

Allô quoi ? tu veux faire de la stratégie marketing et tu ne sans pas faire de veille marketing et technologique ? (Vous pouvez remplacer faire de la stratégie marketing par gérer ton système qualité, renforcer ta RetD, accélérer ton développement commercial, créer ta boite, etc.). La veille est essentielle et quand je dis cela je défonce une porte ouverte. Pourtant peu de personnes s’aménagement de créneaux de veille ou même pensent à réellement organiser leur veille. Pourtant c’est aussi crucial que passionnant.

Voici quelques points clés à retenir pour vous permettre (enfin) de réussir sa veille marketing et technologique sans la rimer cela avec anarchique et en tirant pleinement part. Car la veille, c’est facile, c’est pas (forcément) cher et ça peut (souvent) rapporter gros.

La veille c’est quoi ?

Quand on parle de veille, pas facile de savoir ce que cela recouvre et ce que cela engendre pour celui qui veut faire de la veille marketing et technologique. Selon Steven C. Wheelwright – ancien professeur émérite de l’université de Harvard, « la veille technologique est constituée par l’ensemble des techniques visant à organiser de façon systématique la collecte, l’analyse, la diffusion de l’exploitation des informations techniques utiles à la sauvegarde et à la croissance des entreprises ».

Selon notre ami Wikipédia, « La veille technologique ou veille scientifique et technique consiste à s’informer de façon systématique sur les techniques les plus récentes et surtout sur leur mise à disposition commerciale (ce qui constitue la différence entre la technique et la technologie). Cette activité met en œuvre des techniques d’acquisition, de stockage et d’analyse d’informations et leur distribution automatique aux différentes sections concernées de l’entreprise, à la manière d’une revue de presse. Ces informations peuvent concerner une matière première, un produit, un composant, un procédé, l’état de l’art et l’évolution de l’environnement scientifique, technique, industriel ou commercial de l’entreprise. »

Bref en résumé, faire de la veille c’est avant tout mettre en place un système organisé visant à acquérir, stocker, analyser et partager des données sur un périmètre et une durée donnés. Cela signifie donc s’organiser …

réussir sa veille marketing

Faire de la veille marketing et technologique, ça sert à quoi ?

La bonne nouvelle, c’est que l’énergie que vous allez déployer pour faire de la veille ne sera pas vain. Il va vous permettre d’atteindra plusieurs objectifs qu’il vous faudra identifier pour bien organiser votre veille :

  • Renforcer la culture générale
  • Suivre les tendances métier ou technologiques
  • Faire de la curation de contenu et alimenter les réseaux sociaux
  • Réaliser un benchmark plus rapidement
  • Faire une étude de marché
  • Identifier des innovations à valeur ajoutée
  • Surveiller les concurrents et/ou les clients
  • Participer à la démarche Qualité de l’entreprise

Comment s’organiser pour réussir sa veille marketing et technologique

C’est alors que les vraies questions se posent pour réussir sa veille marketing : Où trouver l’information ? Comment trouver l’information ? Comment stocker et partager l’information ? C’est le moment de s’organiser pour simplifier et sécuriser les différentes étapes de la veille :

  • Identifier ses objectifs (pourquoi faire de la veille ?)
  • Identifier les bonnes sources (où trouver la bonne information ?)
  • Utiliser les bons outils (grâce à quels outils ?)
  • Trier et organiser l’information (comment gérer toutes ces données ?)
  • Aménager ses créneaux de veille (comment prendre le temps de le faire ?)
  • Partager ses découvertes (comment informer les autres ?)

    réussir sa veille marketing organisation

1. Identifier ses objectifs pour mieux cibler

Identifier le périmètre de sa veille est un point clé pour éviter l’usine à gaz ! Vous devez donc vous center sur votre écosystème à savoir

  • Concurrents directs et indirects
  • Clients et distributeurs
  • Influenceurs
  • Fournisseurs
  • Institutionnels et organisations professionnelles

Et ne pas négliger non plus négliger une approche locale de votre veille (régionale, nationale, internationale en fiction de votre activité).

2. Identifier les sujets de veille

Sur quels sujets doivent faire de la veille ? en fonction des objectifs qui ont été définis précédemment, vous pouvez alors définir votre périmètre de veille qui porte généralement sur :

  • Votre secteur d’activité : industrie, IT, Mode, etc.
  • Votre métier : marketing, achats, production, RH, etc.
  • L’activité économique sur le périmètre géographique défini (évolutions, statistiques, études, etc.)
  • Les produits et services que vous proposez
  • Les nouveaux modèles économiques
  • La réglementation générale et propre à votre activité

3. Identifier les bonnes sources

Autres points moins évidents : quelles doivent être mes sources ? Là encore, soyons assez pragmatique, vous avez déjà tout sous la main…

  • Les classiques : revues papier spécialisées (si! si! ), journaux en ligne, blogs d’experts, chaînes Youtube sites couvrant plusieurs corps de métier (L’Usine Nouvelle, L’Usine Digitale, Le MagIT, Le journal du Net…), livres
  • Le réseau et les communautés : Vos pairs sur Linkedin, forums professionnels, événements, outils de partage bien fournis (Githubs , Slack, etc.)
  • Les outils de communication de votre écosystème: sites webs des concurrents, clients, fournisseurs, publication réseaux sociaux, communiqués de presse, sites gouvernementaux

4. Utiliser les bons outils pour gagner du temps

Pour le coup, il faut savoir être un fainéant intelligent et le revendiquer. Choisissez donc :

  • Les classiques (médias et événements et alertes associées): Radio, TV, Journaux papier, Livres, Salons professionnels, Rencontres professionnelles, Webinaires (France Info par exemple est un média ets très connecté avec une présence sur la radio, la télévision, le web et les réseaux sociaux et un système d’alerte)
  • Les newsletters sur votre secteur d’activité, sur votre métier, proposés par les gouvernements (exemples Bercy Infos)
  • Les alertes Google avec un bon choix des bons mots-clés et l’utilisation de la longue traine
  • Les abonnements sur les réseaux sociaux à des pages entreprises (concurrents, clients, partenaires, etc.) et à des profils d’influenceurs et de consultants

5. Trier et organiser l’information (poser n’est pas ranger)

Trier ne se résume pas à poser les infos sur son bureau physique ou virtuel en espérant les regarder un jour… Vous devez :

  • Trier tout de suite les infos pour ne conserver que ce qui est utile et ne pas surstocker de l’information
  • Organiser et classer vos données en créant par exemple un répertoire références ou Veille sur le bureau et avec des sous-dossiers
  • Agir en identifiant les actions à mener et les faire tout de suite ou les planifier
  • Épurer et mettre à jour au fil de l’eau afin de supprimer les informations obsolètes et revoir ses sources en respectant la chronologie
  • Et surtout ne pas reporter à demain… (Noter, noter et noter… et agir…)

6.Aménager ses créneaux de veille

Le problème ?  Trouver le temps de faire de la veille ! Généralement le meilleur créneau est le matin avec régularité et automatisation (alertes, newsletters, #, etc.) pour garantir le respect de vos objectifs.

La meilleure solution est de mettre en place une routine, de se garder du temps une fois par semaine ou toutes les deux semaines et idéalement de mettre en place une réunion par mois pour partager les informations ou intégrer une partie « partage de la veille » dans vos réunions (ce qui permet aussi de tracer vos actions…)

7. Partager l’information

Il faut bien sûr travailler pour collecter et analyser l’information mais aussi la partager pour faire grandir vos équipes et vos partenaires. Idéalement l’idée est de :

  • Faire une newsletter interne ou à destination de ses partenaires
  • Mettre en place une réunion par mois pour partager les informations
  • Intégrer une partie « partage de la veille » dans vos réunions (ce qui permet aussi de tracer vos actions…)

Les 3 erreurs les plus courantes à éviter pour réussir sa veille marketing et technologique:

Monter une usine à gaz

Règle numéro 1 : vous devez penser accessibilité et simplicité (le smartphone est ton ami) et surtout que tout le monde puisse comprendre votre système de veille y compris vous !

Ne rien faire de sa veille

Une fois accumulées, les données de votre veille doivent être exploitées ! Vous devez agir et inscrire rapidement vos actions dans un planning (ou agir tout de suite si possible)

Ne pas garder une traçabilité

Bien sûr il faut connaître ses sources, mais quand votre auditeur Qualiopi ou ISO9001 viendra vous voir pour renouveler votre certification, il va vous demander de de lui montrer ce que vous avez mis en place pour votre veille et surtout ce que vous en avez fait… Pensez à minima au bon vieux plan d’actions dans un tableur ou sautez le pas de la digitalisation…

Quelques sites et pages à suivre …

  • Sites technologies et industries
    • Industrie & Technologies
    • Journal du Net
    • L’Usine Nouvelle
    • L’Usine Digitale
    • Frenchweb
    • Le Mag IT
    • Le Monde informatique

 

  • Culture générale
    • Les Echos/ Le cercle les Echos
    • France Info
    • Chef d’entreprise

 

  • Digital
    • Le blog du modérateur
    • Le journal du Community Manager
    • Web Marketing and com
    • Le siècle digital
    • Mounir digital
  • Marketing et communication
    • Creapills
    • Konbini
    • Presse Citron
    • J‘ai un pote dans la Com
    • LSA Commerce et Consommation
    • E marketing Magazine
    • E commerce Magazine
    • E commerce nation
    • WP Marmite

 

Maintenant y’ a plus qu’à…

Pour en savoir plus sur ce sujet et tous les sujets de développement de votre stratégie marketing qui vous intéressent,  contactez-nous !


  • 0
tendances marketing pour 2023

Veille marketing : 23 tendances marketing en 2023 à regarder à la loupe

Tags : 

Cette année encore, les pratiques marketing ont fortement évolué pour le plus grand plaisir des professionnels du secteur en quête de créativité et d’innovation. 2023 devrait également être un bon cru en matière de nouveautés avec au cœur des préoccupations et des axes de travail : l’incruste définitive des nouvelles technologiques dans toutes nos pratiques marketing, de nouveaux sujets plus inclusifs et plus verts pour gérer du contenu instructif et inspirant, des formats live en pleine expansion et un violent recentrage sur la relation client et l’authenticité.

Voici les 23 tendances marketing en 2023 à regarder à la loupe et à consommer rapidement et sans modération. 👇🏽

Le marketing en 2023 sera technologique, éthique, authentique et customer centric ou ne sera pas !

Des technologies qui s’invitent définitivement dans nos pratiques marketing

C’est officiel, les nouvelles technologies se sont incrustées dans notre vie marketing de tous les jours et ce, dans toutes les sphères du marketing. Produitn communication, réseaux sociaux, elles sont partout ! Geek comme je suis hje ne vais pas m’en plaindre !

1.     La technologie squatte le web

IA, chatbot, réalité virtuelle, machine learning… Grâce à ces outils, vous pourrez offrir une expérience personnalisée à votre clientèle grâce à des chatbots capable de mieux guider les internautes, de converser, de proposer les bons contenus aux bonnes personnes…

La technologie devient de plus en plus opérationnelle, fiable et accessible ! Le marketing n’est pas magique mais technologique.

2.     La réalité virtuelle et la réalité augmentée s’installent dans le marketing

Vous en doutiez encore ? Vous pensez que la réalité virtuelle est un truc pour geeks, rêveurs et parcs d’attraction ? Désolée mais non ! La réalité virtuelle et la réalité augmentée est dans les filtres Instagram, les cabines virtuelles d’essayage, les simulateurs, les configurateurs etc. Elle permet de créer des publicités interactives et créatives grâce à des technologies plus avancées, plus accessibles et moins chères. 2023 sera donc le début du grand saut dans le virtuel pour de nombreuses entreprises. Ainsi, après le concert événement de Aya Nakamura dans Fortnite, le célèbre jeu permet à présent aux fans de la marque Balenciaga d’acheter des tenues virtuelles, de la marque, dans le jeu.

3.     L’IA (Intelligence Artificielle) se met au service de la création (et de plein d’autres choses !)

L’IA est partout : dans Canva avec la fonctionnalité Text To Image, dans l’industrie de l’animation avec un premier manga créé par une IA, dans les sites web avec les chatbots, sur les sites web pour des recommandations …

L’IA est même entrée dans le petit monde des influenceurs. Des personnages fictifs gagnent en popularité auprès de la génération Z, boostés par les annonces de Facebook sur le Metaverse et des marques comme Samsung se sont déjà associées à des influenceuses virtuelles comme Lil Miquela, pour la campagne #TeamGalaxy.

Des nouveaux sujets plus inclusifs et plus verts pour gérer du contenu instructif et inspirant

4.     Green is beautiful !

La nouvelle génération a de quoi réjouir (enfin) : les vœux sont passés au green et cela fait du bien ! La responsabilité environnementale et sociétale est devenue le nouveau sujet incontournable en matière de marketing et de communication. A la fois parce que notre meilleur bulletin de vote reste la carte bancaire mais aussi parce que certains enseignes qui ont raté ce virage en paient à ce jour un lourd tribut économique et social. C’est la fin du green washing et nous ne pouvons que nous réjouir que la RSE soit passée de la cerise sur le gâteau au must-have!

créativité leçons de management

5.     La com corporate devra apporter les preuves de l’engagement RSE

Pour 82% des Français, il faudrait davantage communiquer sur les produits durables (source baromètre de la consommation responsable 2022 Ademe et Greenflex). En termes de communication corporate et de RSE, les clients attendent que les marques « disent ce qu’elles font et font ce qu’elles disent » et qu’elles les aident à faire les bons choix en matière de consommation responsable via leurs offres et en apportant des pr